28
AUG
2018

Auvi-Q (auto-injecteurs d’épinéphrine)

Chers membres,

La Société canadienne d’allergie et d’immunologie clinique est très préoccupée, au nom des patients, par le manque d’auto-injecteurs d’épinéphrine au pays en 2018. À présent, le Canada ne dispose que d’un fournisseur d’auto-injecteurs d’épinéphrine : lorsque des contraintes d’approvisionnement se manifestent chez cette seule source, toute pénurie peut être problématique pour tous les Canadiens qui ont une allergie mortelle. Bien que de nombreux autres dispositifs d’épinéphrine aient été approuvés par SantéCanada, des canaux pour leur distribution au Canada n’ont pas été établis et donc, aucun d’entre eux ne s’est rendu à nos patients.    

Une pénurie en EpiPens sévit depuis le début de 2018, ce que Santé Canada a géré à l’aide d’une « allocation préventive », de fait, une forme de rationnement. Cette stratégie a bien fonctionné et a diminué l’impact chez nos patients. Or, par moments, aucun auto-injecteur d’épinéphrine n’était disponible à l’achat au Canada. 

Quoique les patients gardent avec eux et utilisent des EpiPens périmés (qui devraient conserver leur efficacité pendant plusieurs mois après leur date de péremption), cela n’aide aucunement les patients à risque d’anaphylaxie nouvellement diagnostiqués, et ce n’est pas non plus une solution acceptable à long terme. 

C’est dans cette optique qu’Allergies Alimentaires Canada et la SCAIC ont demandé à Santé Canada d’appuyer l’importation de dispositifs déjà approuvés au Canada, en provenance d’endroits où ils sont déjà disponibles. La pénurie prolongée de ces dispositifs qui sauvent des vies accroît les risques auxquels nos patients sont exposés et nous avons demandé que toutes les mesures possibles soient prises dorénavant. 

La SCAIC appuie un approvisionnement soutenu des médicaments dont nos patients ont besoin, ainsi que la disponibilité d’autres options, si possible, étant donné l’augmentation de la fréquence et de la gravité des pénuries auxquelles le Canada est confronté.  

Dans cette perspective, je puis désormais annoncer que Santé Canada a travaillé avec Kaléo aux États-Unis en vue de fournir aux Canadiens les dispositifs Auvi-Q (que l’on appelait auparavant Allerject au Canada), assurant ainsi un approvisionnement plus régulier d’auto-injecteurs d’épinéphrine. Une grande quantité sur le point d’arriver sera distribuée dans les pharmacies partout au pays. Puisqu’il s’agit littéralement de dispositifs américains, ils sont sans étiquetage ni instructions verbales en français (l’assistance vocale du dispositif). Toutefois, il semblerait que chaque dispositif sera accompagné d’un feuillet en français. 

Pour l’instant, il s’agit d’une solution provisoire et il reste à voir si cette initiative de la part de Santé Canada deviendra une situation permanente. Or, comme nous l’avons indiqué précédemment, nous appuyons un approvisionnement soutenu provenant de différents fabricants, surtout lorsque cela fera en sorte que nos patients ne seront plus privés de traitements qui sauvent des vies. 

Nous vous fournirons plus de détails la semaine prochaine. 

Très sincèrement, 

David Fischer, MD, FRCPC, FCSACI
Président de la SCAIC

David Fischer is the President of CSACI and Past Chair of the Anaphylaxis Interest Section and the Continuing Professional Development Committee of the CSACI. He is a co-author of the Canadian Immunotherapy Guidelines and an Adjunct Professor of Allergy and Clinical Immunology at Western University.

Leave a Reply